La première Barbie voilée rejoint les Sheroes de Mattel

une collection source d’inspiration pour les petites filles du monde entier

7 Barbie voilée. Grazia.fr ©Sipa

New-York, le 13 novembre dernier, au Glamour Women of the Year Summit. Le géant Mattel dévoile la toute première Barbie Shero voilée, à l’effigie de l’athlète musulmane étasunienne Ibtihaj Muhammad. La célèbre escrimeuse est devenue en 2016 la première sportive américaine voilée aux Jeux Olympiques, médaillée de bronze au sein de l’équipe nationale de sabre.  La nouvelle arrivée rejoint la collection Barbie Sheroes, créée en hommage à des femmes inspirantes qui marquent leur époque. Retour sur quelques-unes de ces « superwomen » qui méritent à être connues.

DIVERSITE 

Commercialisée en ligne à compter de 2018, la Barbie voilée est la 10ème Sheroes de la collection lancée en 2015 par Mattel. Sa vocation ? Offrir à toutes les petites filles des modèles féminins, des héroïnes inspirantes, qui bravent les interdits et se battent pour leurs rêves.

Outre sa tenue d’escrime, cette poupée diffère en tout point du modèle « classique » vendu sur le marché. En effet, la silhouette élancée et la taille de guêpe bien connue de la poupée laisse place à des formes plus communes. Des hanches plus larges, des cuisses musclées, en somme une carrure plus en accord avec celle de son mentor. La Barbie « hijab » de la série Sheroes a donc été réalisée à l’image de l’athlète, qui a participé à sa conception.

Sur instagram, Ibtihaj Muhammad affiche sa fierté d’être représentée et déclare ouvertement :

« (…) Je suis fière de savoir que des petites filles du monde entier peuvent désormais jouer avec une Barbie qui a choisi de porter un voile ! C’est un rêve d’enfant qui devient réalité. #shero ».

De même, Mattel se réjouit de cette nouvelle venue, première du genre parmi ses Sheroes : « Nous sommes ravis d’honorer Ibtihaj Muhammad avec une poupée Barbie unique ! Ibtihaj continue d’inspirer partout les femmes et les jeunes filles pour qu’elles repoussent les barrières ».

DIFFERENCE

En 2016, le géant américain faisait déjà la part belle à la différence. Sa neuxième shero n’est autre que la réplique de la célèbre mannequin américaine grande taille, Ashley Graham. Une toute nouvelle vision du canon de beauté dans l’univers du jouet, autant dire une petite révolution.

ashley-graham

© Matt Winkelmeyer/Getty Images for Glamour

REPRESENTATION

Peu de célébrités peuvent se targuer d’avoir une Barbie à leur effigie. La première à recevoir cette distinction est la star Disney Zendaya Coleman en 2015. Arborant des dreadlocks, la jeune chanteuse, actrice et danseuse fait une apparition remarquée aux Oscars. Ce qui lui vaudra alors des commentaires racistes de la part de la star Giuliana Rancic. Dans l’émission Fashion Police, la présentatrice télé déclare à propos de la coiffure de la jeune mannequin : « J’ai l’impression qu’elle sent l’huile de Patchouli. Une autre voix : « Ou l’herbe ! » Giuliana : « Ou l’herbe ! »… Zendaya Coleman répond en conséquence, avec une longue lettre ouverte exprimant sa déception, diffusée sur les réseaux sociaux. La première Barbie Shero est née.

INSPIRATION

S’ensuivent d’autres Barbie Sheroes aux parcours tous plus motivants les uns que les autres.

La chanteuse américaine country Trisha Yearwood, récompensée d’un Award, auteur d’un best-seller culinaire et star du show « Trisha’s Southern Kitchen ».

Dans l’univers de la mode, la toute jeune créatrice Sydney ‘Mayhem’ Keiser, âgée de 5 ans à l’époque, plus de 54000 abonnés sur instagram et publiée dans Vogue ou J.Crew. Mais aussi l’écrivaine Eva Chen, plus jeune rédactrice en chef de Lucky Magazine et désormais à la tête des partenariats mode d’Instagram à tout juste 35 ans.

Côté cinéma, les Sheroes comptent l’actrice et chanteuse américaine Emmy Rossum, qui milite pour la Best Friends Animal Society, une organisation de protection des animaux. Mais également Kristin Chenoweth, nominée aux Emmy, qui s’investit dans sa fondation destinée à l’art et l’éducation.

OUVRIR LE CHAMP DES POSSIBLES

En 2016, la poupée de la réalisatrice et Directrice de film Ava DuVernay détonne parmi toutes. La Barbie « cool » porte jean et baskets, est coiffée de dreadlocks et assise dans son fauteuil de metteur en scène. Suite à une forte demande, la miniature est rapidement lancée en production et … en rupture de stock, quelques minutes après le début de la vente. Il faut dire que la distributrice de films fait foi de pionnière dans bien des distinctions. En 2012, l’ancienne publiciste devient la première femme afro-américaine à gagner le prix du festival Sundance pour la Direction de son long-métrage Middle Of Nowhere. Aux Golden Globes, en 2015, elle fait aussi foi de précurseu.se en tant que femme noire, nominée pour la Direction du film historique Selma. Engagée, Ava Duvernay est aussi fondatrice du AfricanAmerican Film Festival Releasing Movement(AFFRM), une organisation qui vient en aide aux réalisateurs noirs dans la distribution de leurs films.

barbie-sheroes

My sheroes: Barbie dolls of Trisha Yearwood, Sydney ‘Mayhem’ Keiser, Emmy Rossum, Ava DuVernay, Kristin Chenoweth and Eva Chen. Photograph: Mattel

FAIRE BOUGER LES LIGNES

Souvent pionnières dans leurs domaines, toutes ces Sheroes en chair et en os s’affranchissent des barrières. Par leurs initiatives, accomplissements ou combats, ces femmes repoussent leurs limites au quotidien.

En juillet 2016, le groupe Mattel rend hommage à la gymnaste noire américaine Gabby Douglas au lendemain de l’annonce de sa sélection pour les JO de Rio. Celle que l’on surnomme « l’écureuil volant » arrachera alors la médaille d’or pour la deuxième fois, comme aux jeux de Londres en 2012. A 16 ans, cette jeune Shero devient alors la première gymnaste noire et Afro-Américaine à remporter ce titre du concours général en individuel, rappelle Le Monde« Je n’y avais pas pensé, c’est super, j’en suis honorée », précisait la jeune fille à l’époque en sortant des tapis.

gaby-douglas

© Mattel.Barbie

ENGAGEMENT

Puis vient le tour de la danseuse ballet Misty Copeland, première Afro-Américaine à être sacrée danseuse principale du prestigieux American Ballet Theatre .Balayer 75 ans de tradition n’aura pas été une mince affaire pour la jeune femme. Une volonté à toute épreuve que l’auteur retranscrit dans son autobiographie Une vie en mouvement, dans lequel elle répète régulièrement :

« Je fais cela pour toutes les petites filles à la peau brune ».

Dès le début, la préface de son livre donne le ton. Misty Copeland y explique son dévouement : « J’ai consacré toute ma carrière à devenir une danseuse étoile à l’American Ballet Theatre car je voulais abattre une barrière qui parait bien souvent insurmontable. Malgré ce que certains ont pu suggérer, la gloire n’est pas mon objectif. Si je voulais entrer dans l’histoire, ce n’est pas seulement en mon nom. En devenant la première femme noire à occuper une telle position dans une compagnie nationale, je pouvais faire un pas en avant pour tous les jeunes et beaux danseurs qui viendront après moi ».

misty-copeland-barbie

Misty Copeland and her Barbie doll became fast friends. © Mattel.Barbie/Facebook

En conclusion, cette dixième héroïne voilée de la collection Barbie Sheroes ouvre de nouveaux horizons à Mattel. Les profils de femmes inspirantes sont nombreux et variés, tout autant que ceux des petites filles du monde entier. La promesse d’une belle série dont les Sheroes se comptent à l’infini…

texte © Cathy Thiam